Les musiques celtiques

Itinéraire de découverte

Pour sa troisième participation au festival Celtomania, La Bibliothèque vous invite à explorer les univers celtiques, avec une lecture contée « sur mon L » le samedi 9 octobre à 10h45, sur le thème des héros, puis une projection cinématographique jeunesse le mercredi 24 novembre à 16h30 pour suivre des aventures irlandaises, le tout dans l’auditorium de la médiathèque Charles-Gautier-Hermeland.

Une sélection de musiques celtiques est installée à la médiathèque Charles-Gautier-Hermeland, du mardi 5 octobre au samedi 23 octobre et, pour accompagner la découverte de ce foisonnement artistique, voici un itinéraire vagabond à travers les instruments et les styles.

Des instruments de tradition

Les cornemuses et les harpes sont les instruments les plus représentés dans l’iconographie, même ancienne, illustrant les musiques celtiques.

– Les cornemuses : les premières « images sonores » qui surgissent quand on évoque la musique celtique, sont souvent celles de groupes qui défilent en costume traditionnel au son des bombardes bretonnes ou des cornemuses écossaises.

Si le son continu du bourdon vous a charmé, vous pourrez écouter aussi la gaïta galicienne avec Carlos Nunez ou encore vous laisser surprendre par les subtilités des uilleann pipes irlandaises, popularisées par les sonneurs jouant dans des groupes comme Planxty ou The Chieftains et par des solistes, tel John McSherry.

* La harpe: très utilisée depuis le Moyen-Age, elle tient une bonne place dans la composition d’airs baroques en Ecosse et Irlande aujourd’hui interprétés par Andrew Lawrence King, en duo avec Jordi Savall et Les musiciens de Saint-Julien.

En Bretagne, sa trace disparaît. Ce sont Alan Stivell et son père, luthier, qui en imagineront de nouveaux modèles.

Parmi les belles surprises de la création contemporaine pour la harpe, figure la bande sonore du dessin animé Arrietty, composée par Cécile Corbel.

Les percussions, les différents types de guitares, l’accordéon diatonique et le violon contribuent aussi à la richesse mélodique des groupes celtiques où l’on trouve de plus en plus d’expérimentations et de métissages musicaux.

Des styles et des rencontres

Erik Marchand crée la Kreiz Breizh Akademi pour permettre à des jeunes musiciens de tous pays d’innover ensemble et s’implique lui-même dans des expériences inédites, comme ce battle entre rock et chant Breton avec Rodolphe Burger.

De nombreux groupes explorent les rencontres de répertoires et d’instruments. Ainsi le Kazut de Tyr avec ses aller-retours entre Bretagne et Kurdistan : trompettes, bombardes, accordéon, percussions s’entremêlent au son du saz, chants Breton et Kurde se répondent.
En Ecosse, Saor Patrol compose des cocktails sonores entre cornemuses, grandes percussions et guitares électriques.

Le Celtic social club, s’inspirant du modèle du Buena Vista Social Club mêlent les mélodies celtiques et les sonorités dub et ska. De nombreux invités joignent la bande, par exemple le jamaïcain Winston McAnuff.
Denez Prigent trace son chemin en solo ou entouré d’artistes prestigieux, telle Lisa Gerrard, pour l’album « Irvi » et compose ses textes en breton, sur fonds de musique en partie électronique.

L’énergie des voix

La voix invite au partage et au rythme des mouvements : chaque chanteur, selon sa langue, son univers musical, déploie sa virtuosité technique, pour susciter l’émotion, le rêve ou l’énergie dansante. Les chanteurs contemporains de formation traditionnelle n’hésitent pas à varier les formes et approcher d’autres styles vocaux.

En Bretagne, depuis 1972, l’association Dastum collecte et numérise chants et musiques, sauvant de l’oubli des répertoires anciens et permettant à tous de s’en saisir.
Annie Ebrel, Nolùen Le Buhé et Marthe Vassallo marient les techniques de trois « terroirs » musicaux bretons pour offrir de nouvelles résonances aux complaintes et aux chants à répondre.
Krismenn chante en breton et y mêle la performance du « human beatbox », percussion vocale plus souvent utilisée dans le jazz ou le hip-hop.
Julie Fowlis, originaire des Hébrides, chante en gaélique Ecossais: elle joue avec les rythmes et les airs à danser.
Pendant le confinement elle anime une session distanciée de puirt a beul : « airs à la bouche », danses chantées en jeux de sonorités rapides.

Il ne reste plus qu’à laisser vos pieds vous guider!

Tout le monde y danse !

Mathieu Hamon et Sylvain Girault, compositeurs et chanteurs du pays gallo, mènent le rond avec verve.

Le fest-noz est un temps festif populaire ouvert à tous : pour apprendre quelques pas, ce DVD sera fort utile.

Les cercles celtiques développent des pratiques plus exigeantes : composition de chorégraphies élaborées présentées de concours en festivals, s’inspirant parfois de la danse contemporaine.

Et pendant ce temps, en Ecosse et en Irlande.

Scottish folk dance: Strathspey & Tulloch
Fusion Fighters Dance Crew Perform in Temple Bar, Dublin

Pour prolonger la promenade

Le Festival Interceltique de Lorient, pépinière de talents et creuset de métissages musicaux, met en ligne des extraits de concerts et des conseils d’écoute.

Envie de partager ?