La danse à pas contés

Les contes se retrouvent dans tous les pays du monde. À l’origine orales, ces histoires font partie de la mémoire collective de chaque peuple. Au XVIe siècle, le conte devient un genre littéraire écrit, avant de s’adresser plus particulièrement aux enfants à partir du XVIIe siècle.

La danse, quant à elle, est un art qui remonte à la préhistoire. Il s’agit de l’art de mouvoir le corps, généralement au rythme d’une musique. La danse peut être dénuée de signification propre ou au contraire raconter une histoire grâce à la pantomime.

À partir de la fin du XIXe siècle, le conte et la danse se rencontrent grâce, entre autres, au danseur, maître de ballet et chorégraphe Marius Petipa. Il crée ses premières pièces à Nantes, avant de devenir maître de ballet en titre en 1869 aux théâtres du Ballet impérial russe. Il chorégraphie alors des ballets relatant les contes les plus célèbres de son temps.

De grands classiques …

La petite sirène, La Belle au bois dormant, Cendrillon, etc., nombreux sont les contes traditionnels qui inspirent la danse classique. Retrouvez plusieurs captations de spectacles dans la collection Danse, notamment :

… Aux relectures contemporaines

Aujourd’hui, les chorégraphes proposent leur propre lecture dans des adaptations modernes. Danse contemporaine, hip-hop, etc., il y en a pour tous les goûts :

Et pour les enfants, les contes se donnent à voir ou à lire :

Pour poursuivre l’aventure, retrouvez sur Numéridanse une playlist spéciale « contes de fées ».

Et pour découvrir l’envers du décor, Ambra Senatore et Ezio Toffolutti nous emmènent dans les coulisses de leur création Cendrillon :

Envie de partager ?