Des livres pour les bébés… et leurs parents

Il n’y a pas d’âge pour commencer à lire à un tout-petit !

Le goût de lire commence bien avant que l’enfant ne sache manipuler un livre, ne rentre dans le langage ou ne lise lui-même. Dans les bras de ses parents (ou de tout autre adulte disponible et bienveillant), le bébé va associer la lecture à un moment de plaisir partagé. Déjà tout petit le bébé est sensible à tout ce qui l’entoure. Sa curiosité ne demande qu’à être nourrie d’images, de mots, de mélodies…

Et c’est en mettant tous ses sens en éveil, en observant, en écoutant, en touchant, et même en goûtant qu’il va créer sa propre connaissance du monde, développer son imagination, construire le langage et… grandir.

Saviez-vous que lorsqu’un bébé écoute une histoire, ce sont les zones du langage qui s’activent dans son cerveau?

Plus le tout-petit va entendre d’histoires, et plus son vocabulaire va s’enrichir. Il découvrira les nombreuses sonorités existantes, et aura rapidement envie de répéter les sons puis les mots, jusqu’à se raconter l’histoire tout seul.

Les linguistes disent que pour entrer pleinement dans le langage, les bébés doivent avoir accès à la langue factuelle (celle des faits directs comme dans « regarde l’oiseau » ou « peux-tu me donner la balle? ») et la langue du récit (celle des histoires et des contes – comme dans « hier tu as vu le chien du voisin » ou « il était une fois »). C’est en écoutant des histoires, que les mots prendront sens et que son imaginaire se développera. C’est en lisant des livres et en se racontant des histoires, qu’il vivra des aventures extraordinaires, qu’il rencontrera des personnages auxquels il pourra s’identifier ou au contraire très éloignés de lui, qu’il voyagera dans l’espace comme dans le temps.  Avec eux, il pourra jouer à avoir peur, à se séparer, à détester, à s’opposer, à être invincible et courageux, à se moquer, etc… des expériences « pour de faux », vécues à travers les histoires, qui contribueront à développer ses rapports aux autres, à lui donner des atouts pour surmonter les petits et grands tracas de la vie.

Mais que lire et comment lire à un enfant de moins de 3 ans ?

De la naissance jusqu’à la marche

Chansons, comptines et jeux de doigts

Dès sa naissance, et même avant celle-ci, le tout-petit s’attache à la musique de la voix. Il  est curieux de rythmes et aime ce qui revient avec régularité : la présence et l’absence de sa mère, le rythme des repas, l’alternance du jour et de la nuit…

Il aime les refrains, les berceuses et les comptines et les jeux de doigts véritable héritage familial et culturel. Ces formulettes qui associent le geste à la voix accompagnent le tout-petit dans la découverte de son corps. 

L’éditeur Didier jeunesse a créé sur Youtube la chaîne Des chansons et des comptines.

Vous y retrouverez les classiques et vous pourrez entendre et apprendre des chansons du monde entier. Si vous préférez les livres et les cd, découvrez toutes ces chansons et comptines dans la belle collection Comptines du monde, qui regroupe des transcriptions, des traductions et des commentaires.

Savez-vous quelle est la comptine la plus traduite et chantée dans le monde? Réponse en musique ici.

Découvrez plusieurs versions à chanter dans un même album.

Si vous vous posez des questions sur la transmission de la langue maternelle, le bilinguisme et le plurilinguisme, voici quelques réponses en vidéo.

Et pour vous perfectionner dans l’art des jeux de doigts.

Premiers albums

À la naissance, la vue des bébés n’est pas encore “au point”. Ils voient trouble, en noir et blanc et seulement de face. Par contre, ils captent la lumière, les contrastes et les mouvements.

Vers 2 mois, ils percevront les principales couleurs et vers 4 mois, toutes celles que perçoit un adulte.

Ils apprécient les albums à fort contrastes comme le noir et blanc, qui présentent des images simples, souvent tirées du quotidien, que vous pouvez nommer et qui peuvent appeler des comptines.

Vous pouvez privilégier des albums solides au format et au poids adaptés aux bébés comme les albums cartonnés, les albums à toucher et les albums en tissu qui invitent l’enfant à la manipulation et à exercer sa motricité.

Et les histoires de bébés qui les intéresseront tout particulièrement !

Si vous voulez vous essayer à fabriquer des livres d’activités en feutrine pour votre enfant, c’est dans ce livre.

De 1 à 3 ans

Votre enfant s’intéresse de plus en plus aux livres. Il apprend à tourner les pages, il regarde de plus en plus longtemps les images et peut écouter de longues histoires, se passionner pour des albums sans texte, pour un personnage de série ou un sujet.

Les histoires proposées à cet âge restent simples, leur longueur relative, le vocabulaire adapté, un rythme dans les phrases qui revient comme une ritournelle.

Certaines explorent le quotidien, d’autres se tournent vers l’imaginaire.

Pendant que vous lui lisez une histoire, il arrive parfois qu’il se lève, se mette à jouer ou s’éloigne. Ce n’est pourtant pas par manque d’intérêt. Pour la plupart des enfants de cet âge, la motricité est un point essentiel, notamment pour gérer les émotions. Votre enfant peut donc écouter une histoire sans forcément rester assis, et si vous avez l’impression qu’il n’a plus envie d’écouter, vous pouvez lui poser la question avant de prendre la décision de refermer le livre.

Il adore la répétition et vous demande sans doute la lecture du même livre, voire parfois seulement d’une page, encore et encore. Cela lui permet de maîtriser peu à peu les émotions qui le traversent à l’écoute de l’histoire et cela le rassure.

Le livre est un objet  stable, dont le texte et les images ne varient pas. Il est important de bien lire le texte. Ainsi, quel que soit le lecteur, le texte qu’entendra l’enfant sera toujours le même. Il pourra ainsi se l’approprier pleinement. Les petits ont besoin de maîtriser le texte pour se rassurer et le comprendre. Plus le temps va passer et plus ils aimeront anticiper les phrases, et les dire eux-mêmes.

Une histoire pour les petits compte généralement peu de mots, mais chaque mot a son importance ! Les mots ensemble ont un rythme et une musicalité auxquels le tout-petit est bien plus sensible qu’au sens.

La tentation est grande de commenter l’histoire, de donner des définitions des mots, de savoir si votre enfant a bien compris.  Imaginez-vous dans cette situation, il y a de grandes chances pour que vous laissiez tomber votre lecture !

Même si certains mots nous semblent compliqués, il est inutile de les simplifier. Il suffit d’attendre que l’enfant soit en âge de demander ce que cela signifie. Et s’il ne demande rien, c’est qu’il n’est pas encore intéressé. Le vocabulaire et la compréhension s’affineront avec le temps.

Dans les albums sans texte, l’image se suffit à elle-même pour raconter une histoire. Si votre enfant vous le demande, vous pouvez mettre des mots sur les illustrations, ou le laisser raconter l’histoire à sa façon.

Les enfants sont capables de faire des choix parmi les livres, ce sont de vrais choix qui parfois nous surprennent mais qui trouvent écho en eux pour diverses raisons : couleurs, sujet, parce qu’ils l’ont déjà vu ailleurs ou dans les mains d’un autre enfant…

Si c’est un album que vous considérez « pour les bébés » ou adapté à des plus grands, essayez de savoir ce qui le pousse à choisir ce livre pour l’orienter vers un album qui serait plus adapté à son âge, sans pour autant le contraindre à choisir autre chose.

S’il semble avoir peur à la lecture d’un livre, accompagnez-le dans ses angoisses : si l’enfant exprime des émotions, c’est que ce livre touche un sujet  qui le concerne de près ou de loin et qu’il va travailler à sa manière, à son rythme. Le livre va lui permettre de maîtriser ses peurs (ouvrir et refermer le livre lui-même, entendre des histoires où le loup a peur lui aussi,…).

Les albums pour les tout-petits sont aussi des médiums utiles pour évoquer les aléas de sa vie de bébé ; ils permettent de mettre en mots et en images les émotions que l’enfant ne peut encore nommer et qui le submergent parfois (l’arrivée d’un petit frère, la mort, l’apprentissage de la propreté…).
La lecture permet alors à l’enfant (et aux parents !) de prendre de la distance face à ces situations en les dédramatisant et en nommant précisément et simplement les choses.

En résumé, les livres, c’est bon pour les bébés !

Pour aller plus loin

L’excellente collection 1001 BB publié par Erès, propose des petits livres mêlant réflexion et expérimentation sur différentes thématiques du quotidien, dont la lecture.

À regarder

L’association ACCES vous propose dans sa boîte à outils articles, bibliographies et guide pratique sur la lecture aux tout-petits.

Et si vous êtes perdus, n’hésitez pas à demander conseil aux bibliothécaires, ou à participer aux animations proposées pour les tout-petits ! Vous êtes intéressé? C’est par-là !

L’imagier géant de Judith Gueyfier

Musique, comptines et jeux de doigts par l’association Toile d’éveil 24/10/2020

Sous mon « L » 14/11/2020

Autour d’Audrey Poussier : petit spectacle musical par la Cie Toile d’éveil 14/11/2020

Sous mon « L » 05/12/2020

Pierre Vanni

EXPOSITION

CHARLES-GAUTIER-HERMELAND 25.06 — 20.08.2021

Vernissage de l’exposition vendredi 25 juin 2021

Visites tous publics de l’exposition mercredis 21 juillet et 18 août à 18h

Le parcours de l’artiste

Pierre Vanni est originaire de Toulouse. Il fait ses études en Arts Appliqués puis poursuit les cours dispensés par l’École National Supérieure d’Art et de Design de Nancy. Il intègre ensuite le Campus Fonderie de l’image. Titulaire d’un Master Professionnel en création multimédia ainsi que d’un Master 2 Recherche en création artistique, il est designer graphique indépendant depuis 2007. Aujourd’hui, il vit et travaille à Paris et enseigne depuis 2012 à l’ENSAD de Nancy.

Pour investir le paysage visuel, Pierre Vanni passe par l’expérimentation. Il utilise souvent des supports qui se répondent comme le volume et le plan ou des images de synthèse et des images réelles… Ses installations sont autant de petites merveilles technologiques. Il conjugue dans son travail, à la fois les représentations issues des nouvelles technologies et les références pop. Il tisse un lien intime avec les publics autour de projets diversifiés et novateurs.

Travaillant au début de sa carrière pour le Centre Pompidou (le Studio 13/16), il évolue rapidement dans le milieu culturel.

De la couverture du New York Times Style à la direction artistique

Couverture du New York Times Style Magazine (2009)

En 2009, il signe une couverture du New York Times Style Magazine et collabore avec de nombreuses associations. Il réalise dans le cadre du 1% artistique, la signalétique d’une médiathèque dans l’Aveyron.
Il devient également directeur artistique pour le festival des Siestes Électroniques et le ThéâtredelaCité. En 2018, il décline pour ce dernier de nouveaux supports de communication (affiches, journaux, signalétique, billets…) en mettant en place un vocabulaire proche de la création théâtrale. Ce vocabulaire collectif, qui rassemble des points de vue diversifiés, invite ainsi pour chaque spectacle, une silhouette nouvelle, une typographie différente, des artistes français, étrangers, morts, vivants, professionnels ou amateurs…

affiche Les siestes électroniques (2017)

Ses expositions & ses multiples publications

affiche Les siestes électroniques 2016

Pierre Vanni présente son travail lors d’expositions en France et à l’étranger comme au Centre Pompidou, à la Bpi, au Strelka institute, durant les Nuits Sonores, au Musée des Arts Décoratifs… Ces évènements lui permettent de questionner le statut du graphiste ou de poser la problématique de la commande dans le design graphique par opposition à la production de projets personnels (ces deux pratiques se nourrissant l’une de l’autre). C’est pourquoi ses projets sont variés : il raconte l’architecture dans la revue Mould Map publiée par Landfill, réalise des brochures à petits tirages comme le Space Ipsum du photographe Laurent Laporte, gère la publication du journal Audimat, revue de critique musicale, éditée par le festival Les Siestes Électroniques et imagine un système modulaire basé sur le corpus photographique de Joanie Lemercier pour la 20e édition de l’identité visuelle du Maintenant Festival (festival rennais pluridisciplinaire qui associe musique, arts numériques, design graphique et animation).

Il obtient le 2e Prix du Festival International de l’Affiche de Chaumont en 2017 (affiche rouge ci-dessus).

De Panneaurama à son exposition à La Bibliothèque

Pierre Vanni est un des graphistes à avoir participé à Panneaurama, un itinéraire graphique proposé par La Bibliothèque dans le cadre du temps fort culturel impulsé par la ville de Saint-Herblain en 2019. Il avait alors créé pour l’occasion, une affiche nommée Sillon, exposée dans le parc de La Bégraisière et répondu à une interview que vous pouvez (re)découvrir ici.

Cette affiche a été un véritable coup de cœur pour de nombreux herblinois.
Elle est depuis présente dans les collections d’œuvres de La Bibliothèque. Pour emprunter une œuvre de la Galerie, il suffit d’être inscrit à la Bibliothèque et de se rendre à la médiathèque Charles-Gautier-Hermeland.

Durant l’été, Pierre Vanni et le scénographe Valérian Goalec invitent le public à feuilleter des affiches exposées sur des carrousels géants, à découvrir ses projets éditoriaux et un îlot vidéo qui diffuse des séries réalisées pour le Centre Pompidou et dédiées au design d’assises pour petits et grands. Autour de projets développés pour des commanditaires culturels, institutionnels ou associatifs, l’exposition dessine le portrait d’une pratique artistique où les images se font livres, et les livres images.

Ses clients et collaborations

— Biennale Internationale de Design de St Étienne 
— Centre Pompidou 
— CNEAI= 
— Dominique Perrault Architecture 
— Fondation Nationale des Arts Graphiques
— Infiné Music
— Mairie de Paris
— Maison d’Architecture Occitanie Pyrénées 
— New York Times Magazine
— Paris Musées 
— Pavillon de l’Arsenal 
— Revue Audimat
— Les Siestes 
— ThéâtredelaCité – CDN Toulouse
— Les Siestes 2020 (neon) with jeudi.wang (handmade posters) with Lycée Les Arènes students
— ThéâtredelaCité (signage) with Documents
— ThéâtredelaCité (signage) with Documents
— Nuit Blanche (art direction) with Manuel Bürger
— Les Siestes 2017 (video games) with Émilien Bonnet & Carla Miller
— Panorama des mutations du travail (posters) with G.U.I

PIERREVANNI.INFO