La Bibliothèque

La bonne âme du Se-Tchouan : parabole

La bonne âme du Se-Tchouan : parabole


Auteur :
Brecht, Bertolt 1898-1956
Contributeur :
Stern, Jeanne (Traduction)
Éditeur :
L'Arche
Date de publication :
1983
Sujet commun :
Théâtre allemand
NOMBRE DE PERSONNAGES :
11 personne(s) dont 11 homme(s)
Permalien

Type de document : Livre
Emplacement : THEATRE
Section : Adulte
Cote : T BRE

Exemplaires :
  • Charles Gautier-Hermeland

Ma recherche



Mes sélections
Historique
Modifier ma recherche

Exporter ou envoyer
Imprimer

Plus d’infos


Ce document est sensitivé comme


Moyennement Drôle
Moyennement Sensuel
Un peu Dense
Moyennement Rythmé
Moyennement Emouvant
Moyennement Profond
Moyennement Dépaysant
Un peu De l'amour
Très Théâtre
Commentaire : Le 18 mai 1941, Lion Feuchtwanger écrit à Brecht depuis son exil californien : « J’ai reçu le manuscrit de La Bonne Âme du Se-Tchouan. C’est un petit miracle qu’au milieu de cette confusion barbare vous ayez pu réaliser quelque chose d’aussi beau, clair, tranquille et classique. » Dans le Se-Tchouan, une province fort reculée de la Chine, trois dieux voyagent. Ils recherchent des justes. Ils en trouvent une seule : Shen Té, la prostituée. Pour la récompenser, ils lui donnent un peu d’argent ; elle quitte son métier, ouvre une boutique de tabac. Les ennuis commencent : passer de l’autre côté de la misère, c’est aussi devoir l’affronter. Misère physique, sociale. Mais aussi misère morale. Dans la clairvoyance avec laquelle sont dépeints les habitants du Se-Tchouan, parle toute la tristesse et la révolte de l’exilé Brecht devant l’incapacité des peuples à faire échec aux structures de domination. Brecht écrit cette pièce pendant que la guerre achève de détruire son pays.


Envie de partager ?