Éphéméride Panneaurama #13 : Marion Jdanoff (France / Allemagne)

Chaque jeudi, retrouvez dans l’éphéméride Panneaurama, la vision des graphistes ayant répondu à l’invitation de La Bibliothèque de créer une affiche originale sur le thème du paysage. Cette semaine, Marion Jdanoff, co-créatrice de Palefroi répond à nos questions. Une manière pour vous de voir encore autrement le parcours graphique proposé dans et autour de la médiathèque Charles-Gautier-Hermeland du 28 juin au 28 septembre 2019.

Marion Jdanoff vit et travaille entre la France et l’Allemagne. Elle a co-créée Palefroi, à la fois duo artistique, structure d’édition et atelier d’impression. Sa pratique entremêle dessin, peinture et sérigraphie.

« La photo que j’ai reçue, un cadrage très symétrique du pont piéton menant au Zénith, m’a immédiatement renvoyée a des images de ruines de temples grecs. Quelque chose de très minéral, inhabité, quasi sacré. Impression renforcée par le nom solaire de l’endroit. Par ailleurs, le Zénith est un endroit qui m’évoque une approche du spectacle et de la musique loin de celle que j’aime. Le dessin permettant n’importe quoi, dont les pichenettes aux symboles, j’ai imaginé qu’un feu espiègle prendrait le devant de la scène. Après son passage, ne resteraient debout que les cariatides, et un espace dégagé pour contempler le soleil couchant. »

Ruines, Marion Jdanoff (France/Allemagne)
Photographie confiée à Marion Jdanoff par Super Terrain

La Bibliothèque : Avez-vous pour habitude de répondre à des commandes ? Sinon, pourquoi celle-ci ?

Marion Jdanoff : « Je réponds généralement avec parcimonie aux propositions de commandes. Il faut que j’y trouve du sens, et que mon principal moteur ne soit pas financier. Je connais le collectif Super Terrain depuis quelques années et respecte énormément leur travail et leur approche. J’étais donc très contente qu’il m’invite à participer à cette tentative collective. Installer des images dans le paysage, en résonance avec celui-ci, qui ne font la promotion de rien, est une jolie (et rare) proposition. »

La Bibliothèque : Le thème du paysage est-il déjà présent dans votre travail, dans vos thématiques de prédilection ? Si oui, pourquoi ? Sous quel(s) angle(s) ?

Marion Jdanoff : « Alors là, pas du tout ! Mes dessins sont très peuplés, et regarde plus les êtres que leur environnement. On peut se rendre compte avec mon image que j’ai du mal à lâcher le mouvement. Le paysage est en flamme, il se transforme. »

La Bibliothèque : Pour vous, le paysage évoque-t-il d’abord la nature ou la ville ?

Marion Jdanoff : « Quand je pensais paysage, je pensais surtout statique, au moins à court terme. Ce peut-être la ville,  la campagne, la mer, ou même un intérieur de maison. C’est le décor, l’endroit où les choses sont lentes et relativement stables. Et c’est un endroit que je laissais complètement de côté. Travailler sur ce thème m’a permis de définir un peu mieux ce qu’est pour moi un paysage. Le regarder mieux et voir qu’il est aussi mouvant. Comprendre que les frontières sont floues : le feu est-il un acteur au milieu d’un paysage ? Ou est-ce simplement un paysage d’incendie ? »

La Bibliothèque : Comment qualifieriez-vous l’affiche réalisée pour Panneaurama et au regard de vos autres créations ? Ovni ou suite logique ?

Marion Jdanoff : « Suite logique, je ne sais pas, parce que sans cette demande précise, je ne me serais pas penchée sur cette thématique. Mais ovni, pas du tout. C’était intéressant de voir comment se traduisait dans le paysage, des thèmes que je manie habituellement avec des personnages (mouvement, bousculade, déséquilibre, collectif, narration décousue). »

La Bibliothèque : Que voudriez-vous que le public retienne de cette affiche ? Qu’aimez-vous susciter en général chez le regardeur ?

Marion Jdanoff : « Il arrive qu’une personne me parle d’un dessin que j’ai fait en me disant qu’elle y a trouvé l’illustration juste pour une émotion, un sentiment trop difficile et confus pour le mettre en mot. « Je me sentais comme ce dessin ce jour-là ». Ce sont dans ces moments que je trouve le dessin utile. »

La Bibliothèque : Quelle a été votre technique de création pour produire votre affiche (dessin, découpage, photo…) ?

Marion Jdanoff : « Dessin aux feutres et crayon de papier. »

La Bibliothèque : Le format a-t-il une importance pour vous ?

Marion Jdanoff : « C’est le problème de devoir travailler avec des fichiers numériques d’impression : faire quelque chose destiné à être imprimé en très grand, sur des formats numérisables, travaillés ensuite sur des écrans d’ordinateurs minuscules. C’est donc assez dur, en tout cas pour moi, de bien comprendre la taille. Dessiner directement en grand est quelque chose de très différent. Bon par contre mon ordinateur, lui, l’a bien compris la taille, et ne l’a pas du tout apprécié ! Je suis assez curieuse de voir le résultat réel. »

La Bibliothèque : Sur quoi travaillez-vous en ce moment ? 

Marion Jdanoff : « J’ai plusieurs thèmes, histoires, autour desquelles je tourne, avec l’idée d’en faire des petits livres. C’est donc une phase de tâtonnement, un peu. »

Envie de partager ?