Cendrillon

Cendrillon et la pantoufle de vair: Perrault/Prokofiev, Michel Bouvet
Œuvre empruntable à La Bibliothèque

Depuis l’Antiquité, le conte de Cendrillon est connu partout dans le monde et dans diverses variantes. Celle de Jules Massenet, mise en scène par Ezio Toffolutti, investira le Théâtre Graslin du 25 novembre au 4 décembre. À cette occasion, La Bibliothèque vous propose de redécouvrir cette histoire tout au long du mois de novembre.

Sélection documentaire

Du 06 au 17 novembre, médiathèque Charles-Gautier-Hermeland

La Bibliothèque vous invite à découvrir ce conte sous toutes ses formes à travers des romans, pièces de théâtre, ballets, etc.

Projection théâtrale

Mercredi 14 novembre, médiathèque Charles-Gautier-Hermeland

Venez assister à la projection d’une mise en scène contemporaine du conte sur le grand écran de l’auditorium. À partir de 10 ans

Rencontre autour de l’opéra Cendrillon

Samedi 17 novembre, médiathèque Charles-Gautier-Hermeland

En écho à la programmation de l’opéra Cendrillon au théâtre Graslin du 25 novembre au 4 décembre 2018, en partenariat avec le Centre Chorégraphique National de Nantes,  Ambra Senatore, chorégraphe, et Ezio Toffolutti, metteur en scène, vous dévoilent les secrets de la création de l’opéra à l’appui de documents de travail.

origines et réécritures du conte de Perrault

En France, les versions des plus connues de Cendrillon sont celles de Charles Perrault, et des frères Grimm. Comme tous les contes, Cendrillon est avant tout issu de la tradition orale. De par le monde, il existerait environ 500 versions différentes. Ainsi, chaque culture connait une ou plusieurs versions de Cendrillon.

Nicole Belmont et Elisabeth Lemirre ont ainsi répertorié une cinquantaine de récits de différentes origines, notamment la toute première version écrite : la Cendrillon chinoise du IXe siècle. Jean-Jacques Fdida, conteur et fin connaisseur de la tradition orale, s’attache dans sa collection Les contes d’avant Perrault à nous livrer des versions plus anciennes de ces histoires que nous connaissons tous. Il s’est inspiré de sources populaires pour sa Cendrillon et le soulier d’or. Autre interprétation surprenante, celle de Roald Dahl qui détourne le mythe dans une version rimée et sanglante. Du sang au meurtre, il n’y a qu’un pas, franchi par Mary Higgins Clark, dans sa mise en scène du crime de « l’affaire Cendrillon » dont la victime est retrouvée chaussée d’un seul escarpin.

 

Certains chorégraphes de danse classique ou contemporaine ont quant à eux mis en mouvement l’histoire bien connue de la princesse. Le ballet classique a ainsi été dansé par le ballet de l’Opéra de Paris, le ballet du Kirov, le Bolchoï ou encore le ballet de Zurich.

Les relectures contemporaines quant à elles mettent en avant la chaussure, omniprésente dans le décor du ballet de Thierry Malandain, ou le pied de la princesse dans la pièce de Jean-Christophe Maillot, et transforment les corps des danseurs en poupées dans la version de Maguy Marin.

Toujours sur scène, l’histoire de Cendrillon est également transposée sur les planches, dans des pièces pour enfants ou adultes. René Pillot place ainsi l’action dans le nord de la France au sein de la société industrielle. Robert Walser réécrit le texte avec des personnages qui, comme le lecteur et le spectateur, connaissent l’issue de l’histoire.  Pour Joël Pommerat, la pièce est centrée sur le deuil : Sandra, la Cendrillon contemporaine, fait le deuil de sa mère en aidant le prince à accepter la disparition de la sienne.

Pour les mélomanes, nous vous conseillons l’opéra-bouffe La Cenerentola écrit par Gioacchino Rossini, l’opéra pour enfants d’Isabelle Aboulker ou  la musique de ballet par Sergueï Prokofiev.

La Bibliothèque vous souhaite de belles découvertes !

Envie de partager ?