Category Archives: Non classé

Éphéméride Panneaurama #3 : Benoît Bodhuin (France / Nantes)

Chaque jeudi, retrouvez  dans l’éphéméride Panneaurama, la vision des graphistes ayant répondu à l’invitation de La Bibliothèque de créer une affiche originale sur le thème du paysage. Cette semaine, Benoît Bodhuin, graphiste indépendant et créateur de caractères répond à nos questions. Une manière pour vous de voir encore autrement le parcours graphique proposé dans et autour de la médiathèque Charles-Gautier-Hermeland du 28 juin au 28 septembre 2019.

Benoît Bodhuin (bb-bureau.fr) est graphiste et enseignant, à Nantes. Un cursus indécis – mathématiques, design puis graphisme – une pratique affranchie et un intérêt pour la typographie caractérisent son travail.

« Curieux de tout, mes domaines de prédilection sont le dessin (et la customisation) de typographies, le graphisme et le tout reste… »

« Une maison = un garage ; un immeuble = un parking ; un quartier = des routes… La voiture s’est imposée de façon très/trop systématique dans notre paysage. »

Routine, Benoît Bodhuin
Affiche créée dans le cadre de Panneaurama, un itinéraire graphique
Photographie confiée à Benoît Bodhuin par Super Terrain

La Bibliothèque : Avez-vous pour habitude de répondre à des commandes ? Sinon, pourquoi celle-ci ?

Benoît Bodhuin : « C’est une activité que je pratique, mais pas aussi souvent qu’un graphiste qui répond à des commandes. Je la partage avec d’autres plus personnelles comme la création de caractères, de typographies. Cette commande est particulière car très ouverte, c’est agréable et ça demande un positionnement par rapport au sujet. »

La Bibliothèque : Le thème du paysage est-il déjà présent dans votre travail, dans vos thématiques de prédilection ? Si oui, pourquoi ? Sous quel(s) angle(s) ?

Benoît Bodhuin : « C’est la première fois que je travaille sur cette thématique. »

La Bibliothèque : Pour vous, le paysage évoque-t-il d’abord la nature ou la ville ?

Benoît Bodhuin : « Les deux, sans que l’un l’emporte sur l’autre. »

La Bibliothèque : Comment qualifieriez-vous l’affiche réalisée pour Panneaurama et au regard de vos autres créations ? Ovni ou suite logique ?

Benoît Bodhuin : « Elles sont toutes assez différentes et assez personnelles, c’est une belle collection et cela démontre bien la richesse d’expression du graphisme. La mienne se différencie peut-être par sa structure très apparente liée à la direction que j’ai choisie. »

La Bibliothèque : Que voudriez-vous que le public retienne de cette affiche ? Qu’aimez-vous susciter en général chez le regardeur ?

Benoît Bodhuin : « J’aime susciter l’interrogation, en détournant la signalétique routière, je pose la question de la place de la voiture dans notre paysage (place que je trouve trop importante). »

La Bibliothèque : Quelle a été votre technique de création pour produire votre affiche (dessin, découpage, photo…) ?

Benoît Bodhuin : « J’ai utilisé des outils numériques. »

La Bibliothèque : Le format a-t-il une importance pour vous ?

Benoît Bodhuin : « Oui bien entendu, je n’aurais pas fait ça si le format ne l’avait pas permis, il y a un rapport d’échelle primordial entre l’affiche et le spectateur, ici un lien évident entre l’échelle du panneau et celle des panneaux. »

La Bibliothèque : Sur quoi travaillez-vous en ce moment ? 

Benoît Bodhuin : « Un site web, une typo mais pile en ce moment, sur la signalétique d’un bâtiment. »

>Des affiches de BB Bureau sont déjà disponibles au prêt pour 6 semaines dans les collections de La Bibliothèque et présentent toutes son travail de créations typographiques. N’hésitez pas à les emprunter auprès de l’accueil de la médiathèque Charles-Gautier-Hermeland.

Éphéméride Panneaurama #2 : Ark Studio (Pays-Bas/Amsterdam)

Chaque jeudi, retrouvez  dans l’éphéméride Panneaurama, la vision des graphistes ayant répondu à l’invitation de La Bibliothèque de créer une affiche originale sur le thème du paysage. Cette semaine, Roosje Klap et Pauline Le Pape, du studio de design ARK répondent à nos questions. Une manière pour vous de voir encore autrement le parcours graphique proposé dans et autour de la médiathèque Charles-Gautier-Hermeland du 28 juin au 28 septembre 2019.

ARK est un studio de design basé à Amsterdam, dirigé par les co-capitaines graphistes Roosje Klap et la designer Pauline Le Pape. Il œuvre à des projets variés et travaille avec une équipe festive de collaborateurs réguliers du monde entier. L’approche interdisciplinaire permet à ARK de défier les limites de la conception graphique et de créer de nouvelles formes de communication.

« When we turn around our landscape to that of the vertical portrait of the affiche, we clearly see the opposing worlds : the sky and the ground, the nature and the human, the objective and the subjective, the left and the right. « Hell is other people », Jean Paul Sartre wrote. Our poster recreates this very analogy, in the contemporary light of disruptive world. We need to « see » the other in the significant rise in terrorist violence, the advancing power of artificial intelligence, the visible consequences of climate change : they all request a new future of the planet. One of one-ness, to establish a co-existing bridge between humans and non-humans.  »

« Lorsque nous tournons notre paysage vers celui du portrait vertical de l’affiche, nous voyons clairement les mondes opposés : le ciel et le sol, la nature et l’humain, l’objectif et le subjectif, la gauche et la droite. « L’enfer, c’est les autres », écrivait Jean-Paul Sartre. Notre affiche recrée cette analogie, à la lumière contemporaine du monde perturbateur. Nous devons « voir » l’autre dans la montée significative de la violence terroriste, la montée en puissance de l’intelligence artificielle, conséquences visibles du changement climatique : elles demandent toutes un nouvel avenir pour la planète. D’un côté comme de l’autre, l’enjeu est d’établir un pont co-existant entre les humains et les non-humains. »

Other people, other people, Ark Studio (Roosje Klap & Pauline Le Pape)
Affiche créée dans le cadre de Panneaurama, un itinéraire graphique
Photographie confiée à Ark par Super Terrain

La Bibliothèque : Avez-vous pour habitude de répondre à des commandes ? Sinon, pourquoi celle-ci ?

Roosje Klap : « Not always. In this case, it was challenging because of the request with the photo, but also because we know the work and people of Super Terrain – and there was a fee attached to it. We are usually refusing all requests when there is no fee, unless it’s a charity or good cause. »

Roosje Klap : Pas tout le temps. Dans ce cas-ci, c’était un vrai challenge de créer à partir d’une photographie, mais aussi parce que nous connaissons Super Terrain et qu’il y avait des moyens prévus à cet effet. Nous refusons habituellement toutes les demandes lorsqu’il n’y a pas de rémunération, à moins qu’il ne s’agisse d’un organisme de bienfaisance ou d’une bonne cause. »

Pauline Le Pape : « Indeed we appreciated the awareness of Super Terrain and Saint-Herblain regarding the importance of getting paid as artist (or designer). We also definitely support this kind of self initiated project. »

Pauline Le Pape : « En effet, nous avons apprécié le parti pris de Super Terrain et de la ville de Saint-Herblain qui consiste à rémunérer les artistes (ou designers). Nous adhérons complètement à ce genre de projet. »

La Bibliothèque : Le thème du paysage est-il déjà présent dans votre travail, dans vos thématiques de prédilection ? Si oui, pourquoi ? Sous quel(s) angle(s) ?

Roosje Klap : « No. I would say never so literally. If we don’t count the analogy of a digital landscape. »

Roosje Klap : « Non, jamais, dans la mesure où nous ne faisons pas d’analogie avec un paysage numérique. »

La Bibliothèque : Pour vous, le paysage évoque-t-il d’abord la nature ou la ville ?

Pauline Le Pape : « The word landscape refers more to the nature on the first place to me. But as a « city person » I’m rather interested and inspired by the city landscape. 

Pauline Le Pape : « Le mot paysage fait davantage référence à la nature pour moi. Mais en tant que « citadine », je suis plutôt intéressée et inspirée par le paysage urbain. »

Roosje Klap : « We thought the image that was given to us was very boring at first, hahaha! It wasn’t very inspiring. But once we found the concept of « the other » we could continue. »

Roosje Klap : « Nous trouvions au début que l’image qui nous avait été transmise était assez ennuyeuse (hahaha !), ce n’était pas très inspirant. Mais une fois que nous avons trouvé le concept de « l’Autre » de Jean-Paul Sartre, nous avons pu concevoir. »

La Bibliothèque  : Comment qualifieriez-vous l’affiche réalisée pour Panneaurama et au regard de vos autres créations ? Ovni ou suite logique ?

Roosje Klap : « Yes, we always start from a typographical and colorful starting point, as well as a strong concept. »

Roosje Klap : « Nous concernant, nous partons toujours d’un concept fort articulant typographies et couleurs. »

Pauline Le Pape : «We definitely worked with our favorite tools, with a focus on typography and colors. We took a step aside to elaborate a concept and a starting point of the design. However, the concept was also inspired by the photos we were assigned to. The idea of the bridge is the key of our concept. »

Pauline Le Pape : « Nous avons travaillé avec nos outils préférés, tout en mettant l’accent sur la typographie et les couleurs, comme le souligne Roosje. Nous avons imaginé un concept et débuté la création. Il est important de préciser que la conception s’est articulée autour de la photographie qui nous a été transmise. Le pont est la clé de voûte de notre affiche. »  

La Bibliothèque : Que voudriez-vous que le public retienne de cette affiche ? Qu’aimez-vous susciter en général chez le regardeur ?

Roosje Klap : « I hope the viewer will think a bit more on the alliances we have to draw in order to save our planet. »  

Roosje Klap : « J’espère que le spectateur réfléchira un peu plus sur les associations que nous devons mettre en place pour sauver notre planète. »

Pauline Le Pape : « The importance of the community, yes! The challenge and major importance of coexisting. »  

Pauline Le Pape : « L’importance d’une unité, oui ! Le défi et l’importance majeure de coexister. »

La Bibliothèque : Quelle a été votre technique de création pour produire votre affiche (dessin, découpage, photo…) ?

Roosje Klap : « Digital drawing. »

Roosje Klap : « Le dessin numérique. »

La Bibliothèque : Le format a-t-il une importance pour vous ?

Roosje Klap : « Of course. »

Roosje Klap : « Bien sûr. »

Pauline Le Pape  : « Yes! It can define how bit your playground will be. In our case it helped to incorporate quite a few references, our poster can be understood from a big distance but you can also read it when you come closer. »

Pauline Le Pape : « Oui ! Il définit votre espace de jeu. Dans notre cas, il a permis d’incorporer un certain nombre de références, notre affiche peut être comprise de loin, mais il est également possible de la lire lorsque vous vous rapprochez. »

La Bibliothèque : Sur quoi travaillez- vous en ce moment ? 

Roosje Klap: « We are working on two large commissions at the moment. One for the global organization Repair Café and one for a project called, ‘Our Brave New World’. The latter wants to map out the creative industries in the Netherlands. »

Roosje Klap : « Nous travaillons actuellement sur deux grands projets. Le premier concerne l’organisme Repair Café et le deuxième nommé « Our Brave New World » projette de dresser la carte des industries créatives aux Pays-Bas. »

Herbeland

Herbeland
la bibliothèque en plein air

Médiathèque Charles-Gautier-Hermeland

Du 5 juillet au 31 août

La médiathèque Charles-Gautier-Hermeland prend ses quartiers d’été et s’ouvre au soleil.

Dans le parc

Les transats, tables, livres poussent dans le parc de la Bégraisière  : c’est l’arrivée d’Herbeland.
Profitez des documents de La Bibliothèque au soleil ou dans l’herbe.

En terrasse

Tous les jours d’ouverture, retrouvez sur la terrasse de la médiathèque une sélection de grands jeux et jeux d’extérieur.

Dans les patios

Installez-vous tranquillement au soleil pour lire la presse.

Se rendre à la médiathèque Charles-Gautier-Hermeland

Ça bouge dans les parcs

Mardis 9, 16, 23 et 30 juillet, 20 et 27 août

Parc de la Bourgonnière
16h –19h

Mardi 9 juillet

Kamishibaï

Découvrez le Kamishibaï, ce petit théâtre d’images ambulant où il est question de faire sourire le cuisinier de mauvais poil , deviner qui est plus fort que l’éléphant ou jouer à cache-cache avec une poule.

À partir de 3 ans.

Mardi 16 juillet

Ça roule !

Lectures d’histoires qui roulent et tourneboulent, farniente et découverte de jeux, livres et revues sont au programme !

Mardi 23 juillet

Histoires et jeux d’eau

Au programme, farniente et découverte de jeux, livres et revues pour tous les âges, ainsi que des jeux autour de l’eau comme vecteur d’hygiène, source et lieu de vie.

Mardi 30 juillet

Le tour du monde

Lecture d’histoires pour voyager à travers le monde, sélection de jeux, livres et revues.

Mardi 20 août

La Bibliothèque fait son cirque !

Des histoires, des jeux et des livres animés où il est question de clowns, d’acrobaties et de chiens savants.

Mardi 27 août

Jeux sensoriels

Des jeux dans tous les sens, du farniente et des découvertes au programme !

Mercredis 10, 17, 24 et 31 juillet, 21 et 28 août

Parc de la Bégraisière
16h –19h

Mercredi 10 juillet

Histoires maritimes

Profitez des lectures qui vous emmènent en mer, de la sélection de jeux et de revues pour tous les âges.

Mercredi 17 juillet

L’art dans la nature

Observez les formes et les couleurs dans le parc, collectez les éléments naturels et créez votre paysage.

Mercredi 24 juillet

Paysages urbains à l’encre

Jouez avec les formes et les couleurs, et composez un paysage urbain avec des tampons.

Mercredi 31 juillet

Lectures en randonnée

Guidés par un bibliothécaire, partez en courte balade ponctuée de pauses contées.

Mercredi 21 août

Lecture à la campagne

Écoutez ces lectures qui vous embarquent pour une partie de campagne.

Mercredi 28 août

Sable magique

Des lectures minérales pour rêver et du sable magique pour jouer.

Jeudis 11, 18, 25 juillet, 1, 22 et 29 août

Parc de la Savèze
16h –19h

Jeudi 11 juillet

Lectures du monde

Rencontrez vos voisins, découvrez leurs pays et langues d’origine, partagez des contes du monde.

Jeudi 18 juillet

Feel good

Relaxez-vous et passez un bon moment en profitant des jeux, livres et revues qui vous sont proposés.

Jeudi 25 juillet

Lecture et jeux

Entre deux attractions, profitez des jeux, et des livres qui vous sont proposés.

Jeudi 1 août

Atelier papier

Sous forme de livre, de kamishibaï, de revue à feuilleter, plier ou découper, découvrez le papier dans tous ses états !

Jeudi 22 août

Lecture et jeux

Entre deux attractions, profitez des jeux, et des livres qui vous sont proposés.

Jeudi 29 août

Lecture et jeux

Entre deux attractions, profitez des jeux, et des livres qui vous sont proposés.

Vendredis 12, 19, 26 juillet, 2, 23 et 30 août

Parc du Clos-Fleuri
16h –19h

Vendredi 12 juillet

Quizz musical

Il y a le ciel, le soleil et la mer… Mais qui chante cette chanson ? Testez votre culture musicale !

Vendredi 19 juillet

Kamishibaï

Découvrez le Kamishibaï, ce petit théâtre d’images ambulant où il est question de faire sourire le cuisinier de mauvais poil , deviner qui est plus fort que l’éléphant ou jouer à cache-cache avec une poule.

À partir de 3 ans.

Vendredi 26 juillet

Séance photo

Piochez dans la malle à accessoire, déguisez-vous. Clic clac une photo et hop on accroche le joli portrait !

À partir de 5 ans.

Vendredi 2 août

Géant !

Du jeu d’adresse au jeu de stratégie, profitez des jeux surdimensionnés.

À partir de 4 ans.

Vendredi 30 août

Jeux d’eau

Jouez et barbotez avec les jeux d’eau dans les pataugeoires du Clos fleuri.

À partir de 2 ans.

La sélection de l’été

Surprise !

Comme tous les étés, La Bibliothèque prend soin de préparer votre sac de voyage.

À partir du 9 juillet 2019, embarquez-vous à la médiathèque Charles-Gautier-Hermeland et à la médiathèque Gao-Xingjian pour une nouvelle destination autour de la nature.

Avis aux voyageurs : 1 sac de voyage = 1 document prêté

Votre sac contient 5 documents : livres, jeux, CD, DVD.

Pour emprunter le sac de votre choix, veuillez-vous présenter à l’accueil des médiathèques, muni de votre carte.

Durée du séjour : maximum 6 semaines.

Bon voyage !


Du 9 juillet au 31 août

Médiathèque Charles-Gautier-Hermeland x Médiathèque Gao-Xingjian



Ephéméride Panneaurama #1 : Super Terrain

Chaque jeudi, retrouvez  dans l’éphéméride Panneaurama, la vision des graphistes ayant répondu à l’invitation de La Bibliothèque de créer une affiche originale sur le thème du paysage. Cette semaine, le collectif de designers graphiques Super Terrain répond à nos questions et vous éclaire sur leur production et sur leur parcours. Une manière pour vous de voir encore autrement le parcours graphique proposé dans et autour de la médiathèque Charles-Gautier-Hermeland du 28 juin au 28 septembre 2019.

Super Terrain (www.superterrain.fr) est un collectif de designers graphiques composé de Quentin Bodin, Luc de Fouquet et Lucas Meyer fondé en 2014, installés à Nantes et à Marseille. 

« Nous travaillons à la réalisation d’affiches, d’identités visuelles, de livres mais aussi de sites internet, de scénographies, d’installations dans l’espace ou de signalétique. À travers chaque projet, nous tentons de produire des images ou des dispositifs généreux, tenant compte de leur contexte de diffusion et d’usage. »

Super Terrain a été choisi pour participer au commissariat de l’exposition et en créer tous les supports de communication. Luc de Fouquet, Lucas Meyer et Quentin Bodin, répondent à nos questions.

La Bibliothèque : Avez-vous pour habitude de répondre à des commandes ? Sinon, pourquoi celle-ci ?

Super Terrain : « Oui, absolument, c’est le cœur de notre métier, même si nous avons des questionnements artistiques, une écriture, il faut trouver les commanditaires qui ont envie d’associer leur évènement et notre écriture. »

La Bibliothèque : Le thème du paysage est-il déjà présent dans votre travail, dans vos thématiques de prédilection ? Si oui, pourquoi ? Sous quel(s) angle(s) ?

Super Terrain : « Oui, absolument, c’est une notion que l’on peut retrouver dans notre travail, que cela soit dans la commande ou dans des projets auto-initiés. C’est peut-être parce que ce sont les images qui nous font le plus voyager ; C’est le cas notamment de la série Odyssée présente dans la collection de la Médiathèque, qui est une série de collages avec des images issues de notre voyage en Europe… »

> Ces images sont d’ailleurs visibles dans la salle d’exposition de la médiathèque Charles-Gautier Hermeland durant tout l’été et à retrouver en prêt ensuite !

La Bibliothèque : Pour vous, le paysage évoque-t-il d’abord la nature ou la ville ?

Super Terrain : « Le « paysage » est justement le terme qui englobe les deux, qui ne fait pas de distinction entre formes végétales et urbaines, tout comme il peut être abstrait ou très figuratif. »

La Bibliothèque  : Comment qualifieriez-vous l’affiche réalisée pour Panneaurama et au regard de vos autres créations ? Ovni ou suite logique ?

Super Terrain : « Suite logique, qui reprend des éléments de vocabulaire graphique que nous utilisons par ailleurs. »

La Bibliothèque : Que voudriez-vous que le public retienne de cette affiche ? Qu’aimez-vous susciter en général chez le regardeur ?

Super Terrain : « Puisque c’est l’image de communication du projet nous voulions penser l’image comme une fenêtre sur un horizon, surface de projection. Et l’idée est que cet horizon varie avec les couleurs en fonction des supports. »  

La Bibliothèque : Quelle a été votre technique de création pour produire votre affiche (dessin, découpage, photo…) ?

 Super Terrain : « Cela dépend des projets, mais on démarre souvent par des intentions en images numériques. »

La Bibliothèque : Le format a-t-il une importance pour vous ?

Super Terrain : « Absolument, une image ne raconte pas la même chose si elle est diffusée au format timbre-Poste ou en immense, il faut adapter l’image en fonction de son contexte de diffusion. »

La Bibliothèque : Sur quoi travaillez- vous en ce moment ? 

Super Terrain : « Nous travaillons sur des projets d’identités visuelles pour des théâtres ainsi que des Biennales d’art contemporain à Vern près de Rennes et à Marseille. »

Élément de communication réalisé par Super Terrain :

Prêt d’été

Du 8 juillet au 31 août 2019 inclus

Faites le plein de documents avant de partir en vacances !

  • La durée de prêt s’allonge de 3 à 6 semaines,
  • Vous pouvez emprunter sur votre carte et sans limitation des romans, des albums, des CD et des DVD mais aussi 10 jeux, 2 jeux vidéo et 2 oeuvres d’art,
  • 5 grands jeux sont empruntables pour 3 semaines.

La Bibliothèque vous souhaite un bel été !

+ de films en version numérique !

À partir du 1er juillet 2019, regardez jusque 4 films par mois en vod !

Afin de profiter davantage encore de notre offre numérique, vous pourrez désormais regarder 4 films par mois depuis notre plateforme VOD (contre 1 par mois auparavant).

Plus de 5000 films

Faites votre choix parmi des milliers de films et séries en ligne, dont des films très récents, des documentaires, des grands classiques, des cycles thématiques ou des rétrospectives de grand·e·s cinéastes.

Différents outils de recherche vous permettent de trouver facilement votre bonheur par thème, par genre ou encore par année de production.

Comment y accéder ?

Commencez par vous identifier en passant par « Mon espace« , muni·e de votre numéro d’abonné·e. C’est à cette condition que vous aurez accès directement aux films, ressources d’autoformation et revues en ligne.

Sur notre site internet, les ressources numériques apparaissent dans les résultats de recherche au même titre que les autres documents. Vous pouvez donc utiliser les différentes options  de notre moteur de recherche pour trouver précisément ce que vous cherchez.

Vous pouvez également cliquer dans le menu principal sur « Recherche » puis sur « À consulter en ligne » ; si vous préférez vous balader dans le catalogue des films numériques, un lien sur cette page permet d’accéder à l’intégralité du catalogue VOD directement sur le site de notre fournisseur.

Une fois sur ce site, si vous êtes perdu·e, si vous avez des questions, cliquez sur le point d’interrogation en haut à droite et consultez la visite guidée ou la liste des questions les plus fréquemment posées. En dernier recours, vous pouvez également utiliser le lien « Contactez-nous » pour vous mettre en relation directe avec leur support technique.

Un petit conseil

Pour une séance de cinéma digne de ce nom, on peut très simplement connecter son ordinateur à un projecteur ou à un écran de grande taille !

Également sur notre site : les cours et revues en ligne

Sur cette même page « À consulter en ligne », vous pourrez également découvrir nos autres ressources numériques, qui sont à découvrir 24/24h en accès illimité !

Des options très utiles

Pensez également que notre site web peut vous permettre de réserver des documents, de prolonger des prêts et de parcourir notre galerie numérique, regroupant les œuvres disponibles au prêt.

Des livres en relief !

Du 17 au 24 juin, la bibliothèque Bellevue expose les travaux des élèves de 6ème de la classe 604 du collège Ernest Renan, réalisés dans le cadre de Courant d’arts chez Ernest avec l’artiste plasticienne Emmanuelle Tonin.

Les élèves ont imaginé et fabriqué des livres en relief inspirés de leurs lectures de l’année, notamment :

Arthur et Ibrahim d’Amine Adjina
Cours ! de Davide Cali
Ruby Tête Haute d’Irène Cohen Janca

Ils participaient aux « Rencontres Littéraires », dispositif qui implique toutes les écoles du Réseau d’Éducation Prioritaire, les classes de 6ème du collège Ernest Renan et l’école primaire Nelson Mandela, en partenariat avec La Bibliothèque. La construction du parcours de lecteur et l’apprentissage de la critique littéraire sont au centre de cette action.
Cette année, les livres sélectionnés autour de la thématique « respecter autrui » pour les élèves de cycle 3 par La Bibliothèque et les enseignants étaient (en plus des ouvrages déjà cités) :

L’agneau qui ne voulait pas être un mouton de Didier Jean et Zad
Ka maté, patate Arnaud Tiercelin
Il faut sauver Saïd de Brigitte Smadja
Jefferson de Jean Claude Mourlevat
Billy Elliot de Melvin Burgess

Aujourd’hui La Bibliothèque vous invite à découvrir le travail de ces jeunes créateurs et les ouvrages dont ils se sont inspirés, ceux des rencontre littéraires et les livres animés qu’ils ont pu admirer et manipuler, lors d’une séance spéciale à la bibliothèque Bellevue avant de se lancer dans leur création. Ils sont présentés ensemble du 17 au 24 juin.

L’occasion de mieux connaître l’histoire de ces ouvrages extraordinaires à la frontière du livre et du jeu.

Ces albums le plus souvent destinés à la jeunesse sont particulièrement magiques et spectaculaires, et, s’il est difficile d’en donner une définition précise, il semble que le plus simple serait de les décrire ainsi : Whaou ! Car c’est par cette expression de surprise que les lecteurs réagissent en voyant apparaître les pliages incroyables cachés entre chacune des pages.

Leurs créateurs étaient si ingénieux qu’ils sont les précurseurs de l’interactivité avec le livre, les images et les récits.

À L’ORIGINE…

On imagine le plus souvent que ces premiers livres animés et à systèmes sont nés avec le monde contemporain de l’édition.
Les pliages délicats et les mécanismes sophistiqués ne peuvent avoir vu le jour, croyons-nous, que grâce aux avancées techniques, aux machines précises et à l’informatique.

Les pionniers :

Et pourtant… c’est au XIIIème siècle que les premiers livres à systèmes sont apparus en occident, avant même l’invention de l’imprimerie. Ils avaient alors un caractère scientifique.
Le premier de ces manuscrits est un ouvrage d’astronomie paru vers 1230 : De sphaera mundi
Ces premiers livres animés utilisaient le système des volvelles (système de disques en papier rotatifs telle une carte tournante, utilisé principalement en astronomie).
Le premier ouvrage réalisé avec cette technique daterait de 1306 !

Volvelle de la lune – XV ème siècle (image wikipédia)

Au Moyen Âge ces livres sont très majoritairement documentaires ou scientifiques et s’adressent donc à des adultes.
On trouvait aussi à cette époque de nombreux livres documentaires avec des volets ou des rabats.
Ce type de livres était couramment utilisé pour les planches d’anatomie.
Le procédé utilisait la superposition de feuillets ; chacun étant rabattu sur la page précédente et permettant ainsi de visualiser clairement muscles, os, nerfs ou vaisseaux sanguins.
C’est aussi à cette période que Petrus Apianus (1495-1552) astronome et mathématicien allemand, publie un ouvrage avec des disques amovibles qui décrivent les mouvements célestes en 1524. Cet ouvrage sera réédité plus de soixante fois !

image Wikipédia

XVIII ème siècle : la grande époque du livre animé pour enfants

Au XVIII ème siècle le livre animé s’oriente vers le jeune public : en effet durant ce siècle le statut de l’enfant évolue, sa place dans la famille, l’éducation. Ces changements dans la société et dans la famille entraînent également des changements dans les métiers de l’édition : l’enfant devient une personne.
Ces livres sont certes à destination des enfants mais ce sont encore les adultes qui les manipulent : ceux-ci sont fragiles et sophistiqués car une partie conserve encore des systèmes d’animation issus des livres scientifiques.

Le premier livre animé pour enfants (movable book) est créé au XVIII ème siècle par un libraire anglais (Robert Sayer). Ce dernier s’approprie ces techniques et republie les grands classiques de la littérature. Ces livres sont appelés des arlequinades en raison de la présence d’Arlequin dans les histoires.

Image Pinterest

L’édition de ces ouvrages se poursuit en particulier en Angleterre et en Europe du nord jusqu’au XIX ème siècle. Ceux-ci sont alors assemblés à la main !
Les techniques évoluent et les possibilités de mouvement en même temps : en plus des images découpées, des livres à disques, apparaissent également des livres à tirettes ou des livres à mécanismes.

L’idée étant (déjà !) de rendre la lecture plus ludique pour l’enfant.

Si l’inventeur du livre animé était anglais, le plus célèbre des créateurs de ce siècle sera allemand et se nomme Lothar Meggendorfer (1847-1925).
Il imagine et réalise des mécanismes qui permettent d’animer différents personnages.
La machinerie est compliquée (papier/rivets/pivots…) mais quelle surprise de pouvoir animer les bras, les jambes et les bouches des personnages ! Mieux que la baguette magique des fées !
Lothar Meggendorfer imagine également les livres théâtre qui s’ouvrent telles de véritables scènes.

Le plus célèbre d’entre eux sera sans aucun doute le grand cirque international dont les détails, la précision et la connaissance des personnages dépasseront le simple livre jeu pour les enfants.
Il a édité plus d’une centaine de livres pour enfants et sans doute en a-t-il vendu un million !

Image David Brare rare books

Image antique toys and games

Ernest Nister (1842-1909), allemand lui aussi invente un système de languettes coulissant et permettant alors de changer les illustrations ainsi il est possible de faire succéder dans un même espace deux illustrations différentes.

Vintage and antique moovable books

Comme les autres éditeurs de son époque il publie également des jeux éducatifs et des cartes publicitaires.
Il a recours aux couleurs pastel, et ses images sont teintées de poésie : c’est aussi comme ça que l’on peut reconnaître son travail.

Toutes les inventions ultérieures du livre à système découlent probablement du travail et des trouvailles facétieuses et techniques de ces deux pionniers.

Début du XX ième siècle : la naissance du pop-up

C’est au XX ième siècle que le terme « pop-up » apparait enfin.
Les pop-up sont des images qui se soulèvent grâce au pliage et qui s’animent lorsque l’on ouvre et ferme le livre délicatement.

Image op popup

Et c’est enfin aux Etats Unis vers 1932 que la maison d’édition Blue Ribbon fait breveter le terme « pop-up » pour qualifier les illustrations animées lors de la parution de livres écrits pas Harold Lentz, un artiste ingénieur de papier.

En Europe, vers 1950 un artiste tchèque Vojtech Kubasta (1914-1992) innove lui aussi en créant de nouvelles techniques. Ces livres sont en général de très grand format. Vojteh est ingénieur papier.
C’est un artiste remarquable et inventif. L’un de ses pliages les plus astucieux est un simple pliage en « V » avec lesquels il parvient à réaliser des images spectaculaires et innovatrices.
Il utilise pour le livre jeunesse des éléments techniques issus de sa formation professionnelle qu’il détourne au gré de ses besoins.

À cette période la Tchécoslovaquie est à la pointe dans le domaine de l’innovation (en parallèle des studios d’animation) et c’est dans la mouvance de cette création que se développent aussi les livres animés.

Livre pop-up datant de1955 réalisé par Vojtech Kubasta

Depuis les années 1980 les livres pop-up sont de plus en plus nombreux.
Les sujets qu’ils abordent sont multiples et vont des illustrations de contes ou récits imaginaires aux documentaires.
Ils s’adressent principalement aux enfants, mais la qualité et le raffinement de certains pliages font de certains de véritables œuvres d’art qui fascinent tout autant les adultes.

Les années 80 : tout est permis !

Dans les années 80 la création de pop-up est très importante et elle se développe rapidement grâce à l’impulsion de deux artistes du pliage Jan Piekowski et Jonathan Miller.

Le premier est surtout connu pour son album « La maison hantée », traduit dans de nombreuses langues il reste aujourd’hui encore un des best-seller des pop-up !
Monstres, vampire, sorcières en tous genres jaillissent des pages et si le lecteur est audacieux (et courageux !) de multiples petits volets permettent des surprises drôles autant qu’effrayantes.


Les outils techniques, mécaniques et industriels permettent des créations encore plus spectaculaires et ce même si la première étape, la génèse de ces albums demeure manuelle le plus souvent.

L’ingénierie, le travail vectoriel sur les écrans ouvrent désormais d’autres champs du possible et des créations qui paraissaient jusqu’alors impossibles.

Voilà déjà près de neuf siècles que les livres animés ont vu le jour et il semble que l’aventure va continuer encore, l’imagination n’ayant souvent comme limite que la technique ; les créateurs trouveront des solutions mécaniques ou ingénieuses pour que tout ou presque soit possible avec le papier plié et découpé.

Pour finir nous allons découvrir cinq créateurs et créatrices important.e.s de l’édition contemporaine.

Artiste, illustrateur, ingénieur, graphiste chacun.e. d’entre eux.elles. trouve dans la réalisation de livres animés l’occasion de s’amuser autant que de réaliser des prouesses techniques et graphiques, dans l’exubérance ou dans la sobriété.

Marion Bataille

Marion Bataille est née en 1963. C’est une illustratrice, graphiste et auteure française.
Elle imagine des livres animés d’une grande sobriété tant sur le forme même de ses pliages que sur l’économie de couleurs utilisées. Le blanc de la page jouant lui-même un rôle prépondérant.
Elle travaille principalement autour des lettres et des chiffres dont elle épure les lignes.
Elle a elle-même édité son premier pop-up puis ce sont les éditions des trois ourses qui lui feront confiance très rapidement.

© photo : Les Trois Ourses

© photo : Les Trois Ourses

Découvrez comment il s’anime !

 

Vous trouverez des informations complémentaires sur le site de Marion Bataille

Philippe Ug

Philippe Ug sait tout faire ! Voyez plutôt : sérigraphe, imprimeur, enseignant, ingénieur papier, illustrateur…
Il publie des albums jeunesse aux éditions des Grandes personnes et réalise également chez lui de façon artisanale des petits pop-up en séries limitées et seulement vendus à des collectionneurs.
La couleur jaillit dès que l’on tourne les pages. Philippe Ug compose ses images en assemblant une même forme découpée reproduite en grand nombre.
Comme l’image de l’écran est composée de pixels, celle de ses albums se compose de cette forme vectorielle.
Il en résulte des images à la fois très sophistiquées et très naïves.
Philippe Ug réalise également des pop-up géant notamment pour des scénographies de spectacle jeune public.

© Philippe UG 2018

© Philippe UG 2018

Vous trouverez des informations complémentaires sur son site

David B. Carter

David B. Carter est un illustrateur américain célèbre pour ses pop-up spectaculaires.
Des ouvrages aux couleurs lumineuses devant lesquels les yeux des enfants s’écarquillent de bonheur et ceux des adultes d’admiration. Les papiers se croisent, se plient, se déplient, se chevauchent. On se demande comment les pages peuvent contenir autant de formes repliées, écrasées et pourtant si volumineuses lorsque les pages sont dépliées.
Les formes sont le plus souvent abstraites, inventives, les couleurs primaires mais le regard cherchent à y retrouver des images connues et peut y voir apparaître des arbres ou des paysages fantastiques.

© delphilne’S books and more

 

Louis Rigaud et Anouck Boisrobert

Anouck Boisrobert et Louis Rigaud sont nés en 1985.
Leur rencontre date de leurs études à l’école des Arts décoratifs de Strasbourg.

À l’occasion d’un Workshop sur la technique du pop-up, ils créent la maquette de leur premier livre intitulé «Popville», qui sortira un an plus tard aux éditions Hélium.

Depuis ils continuent de créer des pop-up ingénieux sous une apparente sobriété.
Le plus souvent autour de l’environnement, de la nature et du monde qui nous entoure.

En parallèle de ce travail tous les deux construisent des projets autonomes : Louis autour des jeux vidéo ou des affiches, Anouck dans des aventures multiples dans l’illustration.

© Anouck Boisrobert

© Anouck Boisrobert

Pour aller plus loin n’hésitez pas à découvrir leur site !

Katsumi Komagata
(un artiste à part)

© Katsumi Komagata

© Katsumi Komagata

© Anaïs Beaulieu/les trois ourses

Katsumi Komagata est un artiste japonais né en 1953. Depuis 1990, il crée des livres pour enfants. Ses créations sont réalisées en papiers colorés découpés, se dépliant et se superposant.
Il est très attentif aux textures du papier, à son grammage, aux nuances de couleurs. Ces albums sont délicats et fragiles ; ils invitent le lecteur à la délicatesse, à caresser les pages, à se laisser émerveiller comme on le serait par de la poésie.

Les livres animés de Katsumi Komagata

La plus grande partie des collections de livres animés de La Bibliothèque est uniquement utilisée lors des accueils de groupes.

Alors n’hésitez pas à venir les découvrir à la bibliothèque Bellevue
du 17 au 24 juin
lors de cette exposition !

Vous pouvez emprunter à la bibliothèque des ouvrages retraçant l’histoire du livre animé et découvrir le monde incroyable des pop-up à travers le monde :

Livres animés entre papier et écran : histoire, techniques, créations, perspectives / Gaëlle Pelachaud. – Pyramyd, DL 2016
L’art du pop-up et du livre anime / De Jean-Charles Trebbi. – Alternatives, 2012

Ou encore, si vous rêvez de vous initier aux pliages de base pour fabriquer vos premiers livres animés :

Pop up : art et technique : tous les secrets pour créer vous-même des pop-up / David A. Carter et James Diaz. – Milan, DL 2009


Quelques livres animés peuvent être empruntés à La Bibliothèque :

La déclaration universelle des droits de l’homme (Albin Michel) 2017
New-York : petit pop-up panoramique (Casterman) 2012
Gaudi en pop-up (Chêne) 2012